Volume 47 Issue 4, December 2022, pp. 702-729

Background: In popular coverage and social media analysis, the alt-right has been described as a popular phenomenon. Following Stuart Hall’s understanding of popular culture, we question the status of the alt-right in Canada as both a political and methodological problem that requires critical attention to social media metrics and critical experimentation in developing new digital methods.

Analysis: Our study developed a novel method to analyse image circulation across major social media platforms. We find that image sharing is marginal, yet the spread of images distinguishes political communities between Twitter hashtags, subreddits, and Facebook pages. We found a distinct alt-right community in our sample, active but isolated from other popular sites.

Conclusion and Implications: While the findings suggest the limited significance of image sharing to conceptualize popularity in cross-platform analysis, our novel method offers a compelling alternative to corporate social media analytics and raises new questions about how popular politics, especially the popularity of the alt-right, may be studied in the future.

Contexte : Dans les médias traditionnels ainsi que les analyses sur les réseaux sociaux, l’extrême droite (« alt-right ») est décrite comme étant un phénomène populaire. Basé sur la conception de culture populaire suggéré par Stuart Hall, nous remettons en question le statut du « alt-right » au Canada comme un problème à la fois politique et méthodologique qui nécessite une attention critique tant qu’aux métriques des médias sociaux et une expérimentation critique dans le développement de nouvelles méthodes numériques.

Analyse : Cette étude développe une méthode novatrice afin d’analyser la circulation des images sur les principales plateformes de réseaux sociaux. Nous constatons que le partage d’images est marginal, mais que la diffusion d’images distingue les communautés politiques entre les « hashtags » sur Twitter, les « subreddits » et les pages Facebook. Nous avons trouvé une communauté d’ « alt-right » qui se distingue dans notre échantillon, active, mais isolée des autres sites populaires.

Conclusion et implications : Bien que les résultats de cette recherche suggèrent une importante limitation tant qu’à l’utilisation du partage d’images afin de conceptualiser la popularité à l’aide de l’analyse multiplateforme. Notre méthode novatrice propose une alternative intéressante face aux analyses des médias sociaux des entreprises et soulève de nouvelles questions sur la façon dont la politique populaire, en particulier la popularité de l’« alt-right », peut être étudiée à l’avenir.